« Et avant, vous faisiez quoi? »

« Et avant, vous faisiez quoi? », voilà l’une des questions que l’on me pose le plus souvent depuis que je suis maman. En général, elle surgit dans une conversation où je suis seule, sans mon fils, par exemple chez le médecin ou chez le coiffeur:

 » – Et vous faites quoi dans la vie?

– J’élève mon fils de 20 mois.

– Ah, et avant vous faisiez quoi?

– J’étais traductrice.

– Ah oui, c’est bien ça, et vous traduisez quoi?…. »

Comme si être mère au foyer n’était pas digne d’intérêt, comme si les progrès quotidiens de mon enfant ne valaient rien, il faut se raccrocher à ce que j’étais avant, ce que j’étais quand j’avais une activité. Bien sûr, il ne s’agit que de conversations informelles, sans grand but, juste pour parler. Pourtant, il y a quelque chose de symptomatique à toujours vouloir revenir à ma dernière activité professionnelle: aujourd’hui, il est difficile de se définir autrement que par sa carrière.

Il n’y a qu’à voir les questions que l’on pose aux jeunes mamans dès que le bébé fête ses deux mois: et le congé mat, il se termine bientôt, non? Tu reprends quand? Vous avez trouvé une nounou? (D’ailleurs les nounous, on leur parle de quoi?)

Et si la maman ne souhaite pas reprendre son activité: mais ça te gêne pas d’être dépendante de ton conjointe? Vous êtes trop fusionnels bébé et toi! Ca lui ferait du bien d’aller voir des enfants à la crèche…

Bon, c’est vrai que ce ne sont là qu’une partie des poncifs auxquels tous les parents ont droit et on sait bien à quel point l’environnement prend plaisir à commenter la vie des parents. Si ce n’est pas le travail, ce sera l’alimentation de l’enfant, son sommeil, ses dents, ses acquisitions… Bref, vous savez de quoi je parle.

Ce qui me gêne, c’est devoir faire appel à mon ancienne activité pour trouver quelque chose d’intéressant à se dire. Je pourrais parler des heures de ma vie d’aujourd’hui! Je pourrais raconter l’émerveillement que j’ai à voir mon fils grandir, les phrases qu’il prononce, sa compréhension impressionnante du monde qui l’entoure, les nuits toujours compliquées, son appétit et sa grande curiosité gastronomique, et même générale!

Mais il n’y a que les parents pour avoir envie de se lancer dans ce genre de discussions, à comparer les progrès de leurs merveilles 🙂 Et je comprends bien qu’une coiffeuse de 22 ans ou un vieux dentiste proche de la retraite n’aient pas grand intérêt pour le sujet.

Mais cela m’amène à une question: moi, aujourd’hui, qui suis-je?

Je ne suis plus la professionnelle indépendante que j’étais, je suis une mère, mais au-delà de ça, comment me définir? Quelle place se font les parents au foyer dans la société? Et plus largement, qui sommes-nous hors du monde du travail?

Sur Facebook

Leave A Response

* Denotes Required Field